Adaptée des romans de Lemony Snicket, la série Les Désastreuses Aventures des orphelins Baudelaire est disponible depuis janvier sur la plateforme Netflix. Gros plan sur un divertissement réussi, drôle et fantasque….

 

“Look away !” nous conseille le narrateur…

L’histoire nous est contée par Lemony Snicket (incarné par Patrick Warburton) qui nous alerte dès le début du destin tragique des orphelins Baudelaire. Lorsqu’ils apprennent le décès de leurs parents dans un incendie, Violette, Klaus et Prunille Baudelaire sont recueillis par un cousin éloigné, l’insupportable comte Olaf, qui cherche à s’emparer de leur fortune par tous les moyens et sous divers déguisements. On assiste alors aux péripéties des trois orphelins, depuis le vieux manoir du comte Olaf jusque sur un paquebot perdu en pleine mer, où ils tenteront de percer le mystère qui entoure la disparition de leurs parents..

 

Une série cynique mais pleine de tendresse.

Si la présence d’un narrateur-personnage dans la série est déjà originale, les interventions de Lemony Snicket le sont encore plus : il nous rappelle sans cesse à quel point l’histoire des trois orphelins est horrible, voire désespérante ! D’où le fameux « Look away » du générique (« éteignez vos télés » dans la version française). Le charme de la série réside aussi dans ses décors sophistiqués, souvent faits en studio, mais qui donnent à chaque lieu du récit de Lemony Snicket une atmosphère unique.

Le manoir du comte Olaf, accueillant, chaleureux, apaisant… tout comme son propriétaire ! Source : www.emaginarock.fr

 

D’autre part, l’adaptation est brillante par son casting. Malina Weissman (Violette), Louis Hynes (Klaus) et Presley Smith (Prunille) sont particulièrement attachants dans les personnages qu’ils incarnent. Toutefois, l’interprétation la plus remarquable reste celle de Neil Patrick Harris dans le rôle du comte Olaf : il rend son personnage détestable et narcissique dès la première minute, tout en lui conférant un sens de l’humour très anglais. Le comte Olaf est d’ailleurs à l’origine de la plupart des scènes comiques grâce à ses apparitions déguisés plus ou moins réussies pour approcher les enfants.

« Hello ! My name is Stephano ! » Source : http://photo.programme-tv.net

 

En bref, la série Les Désastreuses Aventures des orphelins Baudelaire mérite largement son succès. Chaque chapitre (composé de deux épisodes) semble plus drôle et plus addictif que le précédent. Même si on reste sur sa faim après les huit premiers épisodes, cette série reste une promesse de bonne soirée et d’humour tout public ! A quand la saison 2 ?