Mercredi 22 février, la NASA a révélé l’existence d’un système de sept exoplanètes ayant la même taille et la même température que la Terre. De plus, trois d’entre elles auraient la capacité d’abriter des abîmes d’eau liquide et donc sûrement de la vie extra-terrestre.

 

Qu’est ce qu’une exoplanète ? 

Une trouvaille majeure 

Ainsi des astronomes ont découvert sept exoplanètes rocheuses similaires à la Terre gravitant autour d’une étoile naine nommé Trappist-1. Cette étoile est située à « uniquement » 39 années-lumière de la Terre (soit à 368 971 200 000 000 kilomètres). Cependant, sa température de surface est inférieure à 2.427°C, alors que celle du soleil dépasse les 5000°C.

L’étoile naine Trappist-1 et ses sept exoplanètes  Trappist-1a,b,c,d,e,f et g ont été surnommées ainsi en hommage à l’équipe internationale dirigé par Michaël Gillon, qui fin 2015 avait trouvé trois de ces planètes à l’aide d’un petit télescope, TRAPPIST.

« Sommes-nous seuls ? « 

Thomas Zurbuchen, membre de la Direction des missions scientifiques de la Nasa, a déclaré, mercredi 22 février, lors d’une conférence de presse, que « cette découverte d’exoplanètes pourrait être un élément important dans le casse-tête visant à trouver des environnements habitables, des lieux propices à la vie. (…) Répondre à la question « sommes-nous seuls ? » est une priorité scientifique majeure et trouver autant de planètes comme celles-ci pour la première fois dans une zone habitable est un pas remarquable vers cet objectif. ». Amaury Triaud, co-auteur de l’étude diffusé par la Nasa et professeur de l’Université de Cambridge, a précisé « nous avons désormais la bonne cible », en parlant de la recherche de la présence de vie sur des exoplanètes.

 

 

A quoi ressemble ces planètes ?

Les planètes des deux systèmes

Les planètes du système Trappist-1 et quelques planètes du système solaire

Les sept exoplanètes sont toutes susceptibles d’être rocheuses et d’avoir de l’eau liquide dans de bonnes conditions atmosphériques, mais les chances sont plus élevées dans celles situées dans la zone habitable (Trappist-1e,f et g). Les prochaines études détermineront quelles sont les exoplanètes de ce système les plus riches en eau (liquide ou solide) et quelles sont leurs conditions exactes de vie.

Impression d'un artiste du paysage d'une des exposantes habitables et de l'Etoile naine Trappist-1

Impression d’un artiste du paysage d’une des exposantes habitables et de l’Etoile naine Trappist-1

L’ étude de la Nasa détaille les diamètres, les masses et les distances des planètes de Trappist-1 par rapport à leur étoile mère. Seule la masse de la septième exoplanète (la dernière du système) reste à déterminer. Cependant, les scientifiques estiment qu’il s’agirait d’un monde complètement glacé comparable à une boule de neige.

La Nasa a également précisé que les exoplanètes sont très proches les unes des autres à tel point qu’on pourrait voir à l’œil nu les reliefs des planètes voisines.

En revanche, elles seraient « fermées à leur étoile », c’est-à-dire que seulement une partie de leur surface serait éclairée par l’étoile, ce qui rend la nuit et le jour continus d’un côté et de l’autre de la planète. On peut donc supposer que les modèles météorologiques sont complètement différents de ceux de la Terre comme des changements de températures extrêmes entre deux points de la planète.

Sur le site de la Nasa, une animation permet d’explorer ce nouveau système et de comparer chaque planète avec la Terre.

 

Peut-on envisager un futur similaire à celui du film Passengers ?

Affiche film passengers

 

Passengers est un film de Morten Tyldum (2016), qui raconte le voyage spatial de centaines de personnes vers une nouvelle planète habitable.

Sur ce point, les astrophysiciens ne sont pas d’accord: certains pensent que ce voyage est tout à fait concevable, d’autres doutent de la viabilité de ces exoplanètes et attendent avec impatience les résultats des prochaines recherches.

Quoi qu’il en soit, cette découverte nous laisse rêveurs et nous ouvre à un imaginaire similaire à un film de fiction (de quoi redonner de l’inspiration à Georges Lucas).

Cette découverte à travers le monde