Le sport est un miroir de notre société: il reflète les traits inégalitaires entre les hommes et les femmes, qui le sont encore plus dans le milieu sportif. Des évolutions sont cependant à noter, de grandes évolutions qui nous obligent à dire pourquoi être macho dans le sport aujourd’hui, c’est franchement dépassé.

IMG_8840

les sportives aux abords d’Expresso

Les femmes au cœur de l’action

Depuis maintenant plusieurs années, la vitrine du sport féminin s’enrichit, notamment grâce aux médias, qui offrent une visibilité de plus en plus nette. Les exploits, malgré le genre grammatical, sont d’autant plus féminins cette année. Ces fulgurances sportives sont d’ailleurs bien vendues par les différents médias!  Eh oui ! Le PSG peut enfin rêver, le 1er juin, d’une victoire en Champions League ! Heureusement également, que Kristina Mladénovic sauve la face tennistique de la France, en enchaînant les finales. De quoi recrédibiliser la French Touch sportive, aux yeux du monde, quand leurs homologues masculins nous font honte à casser des raquettes ou à trahir leurs supporters en restant dans un bus. Par ailleurs, le cocon médiatique du couple en or a été très axé sur Estelle Mossely pour le symbole de transgression du cliché de ce sport « typiquement masculin ».

Transgression du cliché « sport typiquement masculin »

En effet, la boxe n’est pas le seul sport atteint par ce cliché assez ancré dans nos sociétés. La musculation est indéniablement à citer dans ces « sports réservés aux hommes ». Ce sport, qui consiste à soulever des poids vachement lourds pour faire gonfler ses muscles, est cliché-quement masculin. Est-ce même à prouver ? Il est certain que les statistiques sur la fréquentation des salles de sport l’expliquent plus nettement. Mais alors si c’est si logique que ce sport soit masculin, où est le machisme là dedans ?

N’avez-vous jamais remarqué qu’il y a de plus en plus de femmes qui s’essayent à la musculation et que ça fonctionne drôlement bien ? En voici une liste explicite mais en réalité plus exhaustive:

  • Sissy MUA: un corps mais surtout un fessier à tomber à la renverse qui enseigne à bien manger, dormir mais surtout s’entraîner. Et je mets au défi quiconque de dire qu’elle ne le fait pas bien.

  • Pour s’éloigner encore plus des clichés de la « fitgirl » (qui est très critiquable) nous pouvons parler de ces femmes un peu plus badass qui définitivement ne font pas ça pour le physique. Elles arrivent à un niveau de force bien égal à celui d’un homme.

Gloire à Clémentine Sarlat

Quel meilleur exemple pour montrer l’arrivée féminine dans le journalisme sportif que la talentueuse Clémentine Sarlat !

Clémentine Sarlat 2016-11-12

Clémentine Sarlat 2016-11-12

En effet, elle a su s’imposer au sein de la rédaction de France Télévision, au point de devenir indispensable dans l’émission « Stade 2« . Icône malgré elle de la féminisation du métier, elle incarne pour beaucoup un rêve qui pourrait bien se concrétiser.

Les femmes réussissent à merveille l’amalgame de l’efficacité et de l’exploit, résultat de la jalousie machiste dépassé.

Utopistes debout, rêvons de plus de compétitions mixtes!

Zoé Suard et Pauline Caron