Parlons peu, parlons d’Europe. De l’Union Européenne, plus précisément, dont les fondements datent de l’après guerre. On pourra nous reprocher le manque d’originalité, surtout par les temps qui courent. Mais qu’importe; même si ce sujet est déjà bien ancré dans la conscience collective, nous souhaitions nous exprimer.  Alors sortira ? Sortira pas ? Le Nelson Times a tranché.

 

L’UE , un problème à la mode

Le Brexit, la crise des migrants, la situation en Turquie (et on en passe), tant de sujets qui sèment le doute dans les têtes. A l’échelle nationale, ce dilemme s’est particulièrement manifesté dans les élections présidentielles et a provoqué des débats virulents. Une question en ressort : quelles sont les causes de la réticence de certains à appartenir à ce rassemblement de cultures diverses et de valeurs communes. On connait les inégalités d’influence et de considération entre les 26 membres, et de là vient peut être une partie de la réponse. En effet, les puissances majeures ont tendance a faire cavalier seules laissant un sentiment d’abandon pour les Etats les moins importants. En résulte une absence de solidarité et de cohésion, et l’Union Européenne apparaît moins crédible aux yeux du monde. Une situation financière difficile, une alliance militaire toujours inexistante, l’Europe serait-elle au point mort ? La montée des partis nationalistes comme le Front National en est le symbole. De plus on a parfois du mal à se reconnaître dans le drapeau bleu à douze étoiles ou dans l’Hymne à la Joie qui peuvent paraître obsolètes par moment. Ainsi beaucoup d’Européens tournent le dos à l’UE, alors même qu’elle a besoin de plus de moyens, de plus d’engagements, pour devenir une grande puissance sur l’échiquier de la mondialisation impitoyable. On est pour le moment très loin de l’Europe rêvée par Jean Monnet, Robert Schuman et d’autres. Néanmoins un espoir subsiste, et d’autres veulent rebondir. Le 8 Mai 2017, les français ont choisit de saisir l’opportunité.

Elections françaises 2017

Peut-on encore rêver d’Europe ?

N’ayons pas la mémoire trop courte : cette alliance tant économique que politique a, depuis 70 ans, permis de préserver la paix . La libre circulation et la monnaie commune ont facilité les échanges et le Parlement a adopté des réformes visant à faciliter sensiblement la vie des Européens. Tout récemment, l’adoption d’un forfait mobile unique et compatible partout en Europe, montrent que malgré tout, elle est bien ancrée dans son époque. C’est pour cela que, sans volonté de propagande, nous dirons qu’au fond, en dépit de ses détracteurs, l’Europe a du bon. Elle a indéniablement besoin d’un nouvel élan, d’une nouvelle volonté. Elle doit être réformée pour mieux fonctionner, et prendre en compte tous ses pays membres. Dans cette optique, l’arrivée au pouvoir d’un nouveau président en France, où la vie politique change radicalement de cap, peut apporter un vent de fraîcheur. La balle est désormais dans le camp de tous les réformateurs d’Europe.

6

Nous vous invitons à aller visiter le site internet de l’association nantaise 6 Seconds for Europe  http://www.leuropecestpassorcier.eu/1362-2/

 

 

 

 

Jean Pechereau et Théophile Lhermenier