N’avez-vous jamais rencontré certaines de ces personnes (parents, grands-parents, collègues…) qui ont prononcé cette phrase « Mais non c’est trop tard, je suis trop vieux » ou au contraire « quand je serais plus grande » ? N’est-ce pas un peu triste de considérer ses rêves, sa vie même, terminée ou pas commencée par son âge ? Personnellement je ne le supporte pas et je vais contredire ces fausses vérités par ces deux portraits.


Dans un premier temps nous parlerons d’Alice, 16 ans et déjà presque comédienne. Elle a participé à un court métrage de la chaîne « l’œil » l’année dernière et ne les a plus quittés depuis.

 

Réflexion

Réflexion

 

Et répétition

Et répétition

Ecriture, tournage et bonne humeur au programme, elle et ses camarades réalisent des courts métrages du début jusqu’à la fin. Leur âge ne les a pas arrêtés et heureusement, car l’expérience que cette aventure leur procure est sans pareille.

Oui vous pouvez le dire « c’est pas mal pour leur âge » !

Pour ne pas parler que des petits jeunots qui font ce qu’ils aiment nous allons parler maintenant d’Alain. Passionné de randonnée, la retraite ne l’a pas arrêté !

 

Il est aujourd’hui président du club « les copains baladeurs », vice-président du comité départemental des Vosges de la FFrandonnée, administateur du comité régional grand- est et bénévole dans des projets (comme celui des ailes à tes baskets ) sur Nantes. Avis à tous les intéressés âgés entre 15 et 25 ans qui voudraient faire de la randonnée entre amis avec un voyage à la clé 😉

Bref beaucoup d’occupations pour un homme « trop vieux » pour vivre ! Oui il n’est plus payé pour ses activités mais ça n’a pas été une raison pour s’arrêter :

« Je m’éclate en faisant tout ce bénévolat » -Alain

En n’oubliant pas de citer évidemment, tout ces hommes et ces femmes qui continuent la musculation après la soixantaine, les retraités qui passent leur bac, ceux qui démissionnent de leur travail et fondent leur entreprise sans se préoccuper de leur âge.

Comment vous le dire autrement : il n’est pas trop tard ! Alors bien sûr se jeter tête la première dans un projet n’est pas la solution, mais attendre dans son canapé en se plaignant ne l’est pas non plus. Quand on cherche un peu il y a toujours une petite chose à faire pour aller vers ce but (vous voulez une maison à la mer ? Avez-vous-même déjà commencé à économiser ? Non ? Qu’attendez-vous ?).

A 40 ans on est moins fou mais ça ne veut pas dire qu’on ne peut pas l’être encore un peu.